Blessures par exagération

 Tendinites des poignets

Mon ami Carol, jeune quarantaine, a quelques fois tendance à l’exagération. Il a récemment découvert la passion du tennis et il prend tous les moyens pour s’améliorer. Il ne manque pas une occasion d’échanger avec un partenaire, il lit tout ce qu’il peut trouver sur le tennis et il suit des cours avec une professionnelle. En plus, il s’est construit un mur à l’intérieur de son sous-sol et il frappe des milliers de balles par semaine pour affiner sa technique.

Carol demeure en campagne sur le bord d’une rivière et il chauffe quasiment exclusivement au bois. Par dessus le marché, il y a 1 mois, il a rentré et placé dans la même journée dix-sept cordes de bois dans son sous-sol. Résultat de ses exagérations; il a mal un peu partout car il a dépassé ses limites. Il ressent des douleurs et des raideurs à la région lombaire en raison des multiples flexions-extensions effectuées pour manipuler ses nombreuses cordes de bois. Cependant, il a du cesser son tennis car il avait les deux poignets enflés gros comme deux balles de tennis. Il est maintenant complètement non fonctionnel.

La combinaison des milliers de balles frappées au mur et de la récente manipulation intensive des bûches a déclenché une crise inflammatoire de l’articulation des poignets.

Plus précisément, il a développé ce qu’on appelle une tendinite de DeQuervain   qui a été diagnostiquée par son médecin. Ce dernier lui a conseillé sagement un arrêt temporaire d’activités utilisant le poignet, la prise d’anti-inflammatoires et l’application de glace en phase aiguë. Étant donné l’ampleur du problème, il a été référé rapidement en physiothérapie pour y recevoir des traitements appropriés.

Carol me demande souvent conseil mais je n’ai jamais eu l’occasion de le traiter en physiothérapie. Tout surpris, je le vois donc  arriver en clinique souffrant et l’air abattu. Il est vraiment en manque de sport. Après une évaluation de ses poignets, nous avons remarqué la présence d’œdème causant surtout des raideurs importantes qui limitent tous les mouvements utiles des mains. Cette perte de mouvement est en effet due à la présence de liquide inflammatoire qui crée une pression au niveau articulaire et diminue l’amplitude de ses gestes.

À l’aide de modalités anti-douleurs et anti-inflammatoires comme les ultra-sons et le laser en autres, nous avons comme objectifs de minimiser la phase aigue et douloureuse. Par la suite nous débutons les mobilisations passives, les massages et la thérapie manuelle pour retrouver la mobilité fonctionnelle.

En terminant son traitement,  nous avons appliqué un bandage ou "taping" neuro-proprioceptif pour protéger son poignet.

Pour sa région lombaire, après quelques jours,  ses courbatures étaient disparues. Seulement quelques conseils d’usage ont suffit.  Pour ses poignets, cela a pris deux semaines avant qu’il puisse recommencer à jouer.

Carol demeurera toujours une personne passionnée et intense.  Cependant, les récents épisodes contribuent à ralentir ses ardeurs. Il commence à mieux connaître ses limites.  Il devient un peu plus sage malgré sa crise de la quarantaine!

  

André Girard, pht