L’épaule gelée

Après les problèmes au niveau de la colonne vertébrale, les pathologies touchant l’épaule sont possiblement la deuxième cause de consultation en physiothérapie.

Le terme capsulite de l’épaule est souvent synonyme de longues souffrances et de nombreux efforts pour les patients.  Cela signifie aussi pour les physiothérapeutes plusieurs traitements par des mobilisations et beaucoup d’encouragements auprès des clients pour retrouver les mouvements normaux.

La capsulite est une inflammation et une rétraction de la capsule articulaire. Cela provoque à la longue une ankylose douloureuse de l’épaule.  Les anglophones appellent ça ¨frozen shoulder ¨ou épaule gelée, ce qui décrit bien la situation.

On ignore encore la cause exacte de ce problème. Plus récemment on pense qu’une dysfonction du système nerveux ou une certaine forme de dystrophie réflexe serait impliquée dans plusieurs cas.

On voit surtout ce problème dans la palette d’âge entre 50 et 70 ans.  Très rarement avant 40 ans. On observe en clinique que les femmes sont plus souvent atteintes.

Après la phase inflammatoire, durant la phase d’ankylose on remarque des changements fibreux touchant la capsule articulaire. C’est à ce moment qu’il est  important d’intervenir justement.

 

 Zone de Texte: Grand-ménage :

 

Madame Tremblay a ressenti une douleur à l’épaule droite après avoir terminé son grand-ménage printanier.  Durant quelques jours, elle a fait de nombreux mouvements répétés qui ont irrités ses tendons.  Elle pensait que son problème se règlerait dans les prochains jours avec un peu de repos.  Elle a donc laissé traîner même jusqu’à l’automne suivant.  Elle décide enfin de consulter son physiothérapeute qui identifie une capsulite rétractile de l’épaule avec perte importante des mouvements.

 Traitement :

Au départ il est important de soulager la douleur aiguë par une médication analgésique et/ou anti-inflamatoires. Certains appareils utilisés en physiothérapie comme les ultra-sons, le laser et autres courants pourront aussi vous aider dans ce domaine.

Ensuite, des infiltrations de cortisone intra-articulaire associées à une arthrographie distensive de la capsule articulaire pourraient aider vraiment.

En même temps, une physiothérapie axée sur des mobilisations intensives de l’articulation combinée à des exercices d’étirements actifs permettront de regagner progressivement l’amplitude articulaire complète. Mais attention, le choix des exercices est très important. Le professionnel en physiothérapie est apte à vous montrer de judicieux mouvements. Des exercices non pertinents pourraient même vous nuire. À ne rien faire, on ankylose. À trop en faire on irrite. Un bon dosage est essentiel.

Très rarement, une chirurgie par des manipulations sous anesthésie est nécessaire. On l’utilise dans les cas où les thérapies usuelles échouent. D’ailleurs, les résultats favorables après une opération ne sont pas toujours au rendez-vous.

La rééducation est habituellement très longue, on parle en terme de nombreux mois mais le pronostic est généralement bon, vous amenant vers une guérison complète. Armez-vous  de patience et soyez rigoureux dans vos exercices.

 

André Girard, pht