Encore la hernie discale lombaire!

Dans la frénésie et le broue Ha Ha du temps des fêtes, un article portant sur les disques inter-vertébraux et les hernies discales et a été enseveli par la montagne de cadeaux. Toutefois, quelques lecteurs m’ont demandé de donner plus de précisions surtout que certains ont déjà été terrassés par ce problème.

Rappel

Les disques inter-vertébraux s’interposent entre chacune des vertèbres en jouant le rôle d’amortisseurs et en favorisant les mouvements du dos.  Avec l’usure du temps, lorsque le disque se détériore, il se déforme et un morceau de ce coussin peut faire saillie ou hernie dans le canal rachidien.  Cela provoque une compression sur une des racines nerveuses responsable d’innerver les muscles des membres inférieurs. C’est à ce moment qu’on remarque de fortes douleurs, des engourdissements, des pertes de réflexes et de forces au niveau d’un membre inférieur.

Attention!

Certaines hernies discales peuvent passer inaperçues. Elles ne sont pas nécessairement accompagnées d’une sciatique suivant un trajet douloureux dans un membre inférieur.

Certaines études regroupant des personnes n’ayant pas de problème lombaire ont révélé une bonne proportion de hernies discales suite à un examen d’imagerie par résonnance magnétique.

Habituellement on observera une sciatique seulement lorsqu’une racine nerveuse sera comprimée par le disque délinquant.  D’autres hernies peuvent être présentes tout en étant asymptomatiques pour un individu.

 

Feuilleton Roger

Roger était la vedette de notre article du 22 décembre 2013.  Rappelons sommairement qu’en poussant une voiture embourbée dans une tempête de neige, il s’est infligé un douloureux lumbago qui a malheureusement évolué vers une hernie discale lombaire.

Le lumbago est souvent un sérieux avertissement avant la hernie discale.

Son disque intervertébral hernié,  qui au départ ne comprimait pas la racine nerveuse,  a poursuivi son chemin.  Roger a alors ressenti subitement tous les symptômes énumérés plus tôt.

 Traitement

Dans la majorité des cas, plus de neuf fois sur dix, la médication antalgique et anti-inflammatoire est le premier arsenal utilisé.  Une fois la crise aiguë passée et que le patient est rendu en clinique de physiothérapie, on se sert des modalités électriques anti-douleurs comme les ultra-sons et le Laser. De plus les tractions lombaires et la thérapie manuelle peuvent être indiquées et aider énormément à améliorer la condition.

Il est très rare que la chirurgie soit nécessaire. Dans certains cas, lorsque des troubles urinaires ou d’érection sont observées ou quand les douleurs aiguës persistent plusieurs semaines, la chirurgie devient inévitable.  L’orthopédiste ou le neuro-chirurgien procèdera alors pour retirer la hernie et nettoyer le disque.

Votre physiothérapeute demeure un intervenant de choix pour vous guider lors de la longue réadaptation suite à une hernie discale.  Après quelques mois, la majorité des patients sont guéris sans avoir recours à la chirurgie.

 André Girard 

Physiothérapeute