Énigmes physiothérapeutiques

Ce qui fait notre métier de physiothérapeute est intéressant c’est que nous avons à composer avec une multitude de cas différents.

Au niveau médical, nous ne pouvons pas appliquer de logique implacable car en santé, deux plus deux ne font pas toujours quatre. Les recettes établies d’avance fonctionnent rarement.

Prenons deux lombalgies de même intensité survenant chez deux hommes du même âge. Si nous appliquons la même thérapie, nous n’aurons pas nécessairement les mêmes résultats. De plus, l’un d’entre eux pourra guérir de son problème en quelques heures et l’autre pourra traîner ça pendant des semaines. Ça dépend d’une foule de facteurs.

 Énigme?

Dominique, début soixantaine, est aux prises avec de fortes douleurs du côté interne du genou droit qui apparaissent de façon  très subite.

Ce qui est étrange c’est qu’aucun mécanisme déclenchant important n’est survenu. C’est aussi le côté intense et immédiat du problème qui est inhabituel. En automobile, le simple fait de poser le pied sur l’accélérateur déclenche à tous coups la douleur intense. Cette dernière laisse des traces qui durent quelques heures pour ensuite diminuer d’intensité par un changement de position de la jambe.

Ces douleurs perturbent ses activités de la vie quotidienne et ce qu’il l’inquiète le plus c’est qu’elles perturbent aussi fortement son sommeil.

Encore là, le positionnement du membre inférieur durant la nuit est déterminant.

Malgré quelques séances de physiothérapie et d’ostéopathie, ses douleurs intenses et subites persistent. Récemment, il a passé des radiographies qui ont révélé un léger pincement entre le tibia et le fémur. Ce résultat n’explique pas l’intensité de ses douleurs intolérables par moment.

Entre temps, nous avons pris le temps de réévaluer Dominique sous toutes ses coutures! Nous avons refait plusieurs tests au genou. Nous avons vérifié les articulations périphériques, la hanche et la région lombaire pour éliminer par exemple une influence négative du nerf sciatique. Aucune piste n’est bien dégagée.

Tous les tests objectifs sont normaux et un gros point d’interrogation s’est alors allumé dans nos têtes ?

Cette saga dure maintenant depuis environ 10 semaines et amène Dominique à prendre des compensations pour protéger son genou. Ainsi, il est en train de développer des problèmes à d’autres niveaux.

En collaboration avec son médecin traitant, nous avons conseillé à notre sexagénaire de passer des examens par résonnance magnétique. Cette imagerie permettra de visualiser des structures non visibles sur des clichés radiologiques simples.

Peut-être qu’une déchirure méniscale complexe pourrait expliquer, par pincement, les douleurs subites et intenses chez Dominique? Peut-être qu’un problème d’un autre ordre pourrait influencer la condition?

Malgré le temps, le repos, la physiothérapie, l’ostéopathie et la prise d’anti-inflammatoires, le problème de Dominique persiste et l’embête beaucoup. Comme si le tableau n’était pas assez complexe, il s’est ajouté dernièrement une douleur semblable au genou gauche. Curieusement et en même temps la douleur au genou droit a diminué?  

 Quelques cas ne fonctionnent jamais comme dans le livre

 Certaines histoires nous glissent ainsi entre les doigts malgré de nombreux tests et plusieurs années d’expérience. Ce dossier est à suivre, je vous tiendrai au courant.

    

André Girard, pht